Le cacao vénézuélien : une plantation à front pionnier

Nikita Harwich 1
1 ESNA - Empires, Sociétés, Nations : Amériques et Méditerranée occidentale (XVe-XXIe siècles)
Mondes Américains - Mondes Américains : Sociétés, Circulations, Pouvoirs, XVème - XXIème siècles
Résumé : C’est en 1607 que les registres d'exportation de la province de Caracas font pour la première fois mention d’une modeste quantité de 4,5 fanegas (environ 250 kg ) de cacao. Quelques années plus tard, le chroniqueur Antonio Vásquez de Espinosa pouvait déjà parler d’«abondantes récoltes ». La culture du cacaoyer s’étendit tout d'abord vers l’ouest de la ville de Caracas: le long des vallées bordées par la chaîne côtière des Andes, autour des villages de Choroní, Ocumare de la Costa et Turiamo; le long de la rivière Aroa; dans les terres basses de Trujillo et de Mérida; ainsi qu'au sud du lac de Maracaibo. Les fèves vénézuéliennes apparurent régulièrement sur le marché mexicain – alors le principal débouché pour la consommation du chocolat – dès 1620 et, en 1632, le montant des exportations vers la Nouvelle-Espagne atteignait déjà 2 000 fanegas (environ 110 tonnes ), pour se stabiliser ensuite jusqu’en 1650 aux alentours de 5 000 fanegas (environ 225 tonnes) par an. L’utilisation, au départ, d'une main-d’oeuvre indigène, soumise au régime tributaire de l’encomienda, limitait le montant de l'investissement requis pour mener à bien l’exploitation d’une cacaoyère et permettait ainsi d’en obtenir une marge de bénéfices confortable. Cette première phase de prospérité allait être momentanément interrompue par une série de catastrophes naturelles: la petite ville de Caracas fut détruite en 1641 par un violent tremblement de terre et une maladie, sans doute causée par un champignon, ravagea les plantations. Par ailleurs, une chute dans la production des mines d'argent du Zacatecas, au nord de la Nouvelle-Espagne, se traduisit par un effondrement des prix du cacao vénézuélien, de 30 pesos par fanega en 1647 jusqu'à moins de 5 pesos en 1654.
Mots-clés : Venezuela cacao
Type de document :
Article dans une revue
Caravelle. Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien, Presses Universitaires du Mirail, 2005, pp.17-30


https://hal-univ-paris10.archives-ouvertes.fr/hal-01379934
Contributeur : Nikita Harwich <>
Soumis le : mercredi 12 octobre 2016 - 10:31:49
Dernière modification le : vendredi 18 novembre 2016 - 01:06:46

Fichiers

Le cacao vénézuélien.pdf
Fichiers produits par l'(les) auteur(s)

Identifiants

  • HAL Id : hal-01379934, version 1

Citation

Nikita Harwich. Le cacao vénézuélien : une plantation à front pionnier. Caravelle. Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien, Presses Universitaires du Mirail, 2005, pp.17-30. <hal-01379934>

Partager

Métriques

Consultations de
la notice

79

Téléchargements du document

42