Skip to Main content Skip to Navigation
Journal articles

Certaines lesbiennes demeurent des femmes

Salima Amari 1
1 GTM - Genre, Travail, Mobilités
CRESPPA - Centre de recherches sociologiques et politiques de Paris
Résumé : Cet article a pour objet de (re)discuter la célèbre affirmation de Monique Wittig ''Les lesbiennes ne sont pas des femmes'' à partir d'une analyse approfondie des rapports que les lesbiennes entretiennent avec leur famille. Il présente les résultats d'une enquête menée par entretiens biographiques auprès de 20 lesbiennes, toutes d'origine maghrébine, et par l'observation d'une trentaine d'autres lesbiennes d'origine maghrébine dans différents contextes de sociabilité à Paris et en région parisienne. Fondés sur un continuum mesurant l'appropriation privée de ces femmes par les hommes dans l'espace familial, les résultats mettent en relief la formation d'une ''typologie lesbienne''. Lorsque l'appropriation privée est faible, les lesbiennes arrivent à échapper à la catégorie des femmes et correspondent au postulat de Wittig selon lequel les lesbiennes ne sont pas des femmes ; ce sont les lesbiennes dissidentes. À l'inverse, lorsque cette appropriation est forte, les lesbiennes demeurent des femmes comme les autres ; ce sont les lesbiennes quasihétérosexuelles. Entre les deux, on trouve des lesbiennes qui évoluent à mi-chemin des deux catégories : les lesbiennes en devenir.
Document type :
Journal articles
Complete list of metadatas

https://hal-univ-paris10.archives-ouvertes.fr/hal-01505134
Contributor : Administrateur Hal Nanterre <>
Submitted on : Tuesday, April 11, 2017 - 9:20:46 AM
Last modification on : Tuesday, May 5, 2020 - 11:50:24 AM

Identifiers

Citation

Salima Amari. Certaines lesbiennes demeurent des femmes. Nouvelles Questions Féministes, 2015, 34 (1), pp.70-83. ⟨10.3917/nqf.341.0070⟩. ⟨hal-01505134⟩

Share

Metrics

Record views

349