Skip to Main content Skip to Navigation
Book sections

Chronique d'une "mort" différée : les conservateurs de musée face aux commissaires d'exposition dans l'art contemporain français

Laurent Jeanpierre 1 Séverine Sofio 2
1 LabToP - Laboratoire Théories du politique : pouvoir et relations sociales
CRESPPA - Centre de recherches sociologiques et politiques de Paris
2 CSU - Cultures et sociétés urbaines
CRESPPA - Centre de recherches sociologiques et politiques de Paris
Résumé : Le monde de l'art contemporain est marqué depuis plus d'une vingtaine d'années en France par l'émergence d'une nouvelle catégorie d'acteurs-commissaires d'exposition, ou curateurs, en français du Québec, ou bien curators, la dénomination de cette population faisant l'objet de débats et de controverses publiques à l'intérieur et à l'extérieur de l'activité2-dont les fonctions et les tâches semblent parfois recouvrir ou redoubler celles des conservateurs de musée. Ces commissaires d'exposition cohabitent ou travaillent régulièrement avec ces derniers au sein d'institutions muséales mais aussi dans les centres d'art ou les Fonds Régionaux d'Art Contemporain (FRAC) et dans d'autres lieux-privés ou publics-de l'art actuel. La distinction sémantique mais aussi statutaire entre le commissariat d'exposition et la conservation muséale est importante en France car l'accès au métier de conservateur y est soumis à un concours d'entrée sélectif qui a été réformé en 1991 : les anciens élèves de l'École du Louvre qui étaient traditionnellement les seuls candidats sont aujourd'hui en concurrence avec des nouveaux entrants aux parcours universitaires variés (Octobre, 1999, 2001 ; Benhamou et al., 2006 ; Poulard, 2010). Le phénomène d'expansion du commissariat d'exposition est souvent interprété comme un signe annonciateur de son institutionnalisation et d'une lente agonie de la profession des conservateurs de musée en France ou, du moins, de sa « dé-professionnalisation » (Heinich, Pollak, 1989). Dans les pays anglophones, en revanche, le terme de curator désigne indifféremment la fonction de dirigeant d'instances muséales ou de responsable d'un fonds artistique (public ou privé) et 1 Texte en version preprint (oct. 2013) du chapitre paru in Frédéric Poulard et Jean-Michel Tobelem (dir.), Les conservateurs de musées : atouts et faiblesses d'une profession, Paris, La Documentation Française, 2014, pp.111-139. 2 Nathalie Heinich s'est amusée à faire une liste partielle des titres qu'Harald Szeemann, un des pionniers de l'activité de commissaires d'exposition d'art contemporain, pourrait avoir pour le nouveau rôle qu'il inventait : « organisateur d'expositions indépendant », « collaborateur libre d'institutions culturelles publiques », « commissaires de manifestations d'art contemporain », « curator », « installateur d'oeuvres » (Heinich, 1995 : 11-12). Dans l'entretien qu'elle a eu avec lui, la question du nom que se donne un commissaire est directement posée : «-Quand vous devez indiquer votre profession, qu'est-ce que vous dites ?-Au fond, je m'appelle : Agence pour le travail spirituel à l'étranger » (Ibid., p. 15).
Document type :
Book sections
Complete list of metadatas

Cited literature [52 references]  Display  Hide  Download

https://hal-univ-paris10.archives-ouvertes.fr/hal-01508317
Contributor : Administrateur Hal Nanterre <>
Submitted on : Thursday, June 18, 2020 - 4:37:39 PM
Last modification on : Wednesday, June 24, 2020 - 3:38:00 PM

File

Jeanpierre&Sofio-commissaires&...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : hal-01508317, version 1

Citation

Laurent Jeanpierre, Séverine Sofio. Chronique d'une "mort" différée : les conservateurs de musée face aux commissaires d'exposition dans l'art contemporain français. Poulard; Frédéric and Tobelem; Jean-Michel. Les conservateurs de musées : atouts et faiblesses d'une profession, La Documentation Française, pp.111-139, 2014, Musées-Mondes, 978-2-11-009814-6. ⟨hal-01508317⟩

Share

Metrics

Record views

153

Files downloads

34