Skip to Main content Skip to Navigation
Journal articles

Les trois flèches des Pakhthouas. Ordalie et acculturation en Gaule à la fin du IVe siècle

Résumé : Réfléchissant à la prédominance matérielle des États de l’Europe occidentale durant les temps modernes, Claude Lévi-Strauss en trouvait la raison dans l’existence en leur sein de ce qu’il appelait « des coalitions de cultures diversifiées ». De tels processus d’acculturation réciproque d’importance majeure sont intervenus entre l’Empire romain et les sociétés tribales, « gentilices », à la fin de l’Antiquité, alors qu’allait se constituer l’Europe des royaumes nationaux. Quelques anthropologues entrevoient l’importance de ce passé antique ou médiéval. Mais un courant historiographique qu’on pourrait qualifier de « surromaniste » persiste à affirmer que les cultures de ces sociétés extérieures à l’Empire se seraient résorbées dans la romanité sans laisser de traces. Karol Modzelewski a montré ce qu’avait de discutable cette réduction de l’histoire de l’Europe à la seule romanité impériale puis chrétienne. L’étude envisage l’apport d’une de ces « nations » négligées dans l’histoire de l’Europe, un groupe iranien, scytho-sarmate, à partir d’un texte qui montre comment une ordalie pouvait être utilisée en dépit de ce qu’était alors le droit de l’Etat (res publica) impérial romain. Une telle preuve, dans la mesure où elle pouvait se passer de l’intervention d’une cour ordinaire, peut être considérée comme un mode alternatif de règlement des conflits. Il s’agit d’une inscription sur une plaquette de plomb qui fait partie d’un lot trouvé à Trèves il y a plus d’un siècle et identifié en 2005 par Soazick Kerneis. La plaquette, rédigée en grec, contient trois mots iraniens, tw, P’xthw’, dr-y Myhr. Se révèle ainsi l’existence, en Gaule romaine, de pratiques archéologiquement bien attestées aux marges de l’Asie centrale : un chamanisme garant de la vérité dans la douteuse bataille du monde. Comme les ordalies des autres groupes militaires déditices sur les plaquettes étudiées par Kerneis, le rituel sarmate fut intégré dans la cognitio romaine. Mais à la différence du chaudron ordalique qui dura comme mode légal de preuve jusqu’au-delà du Moyen Âge classique, le rituel des flèches, du feu et de l’envol, par trop païen, ne survécu que sous la forme de la sorcellerie des caragii.
Document type :
Journal articles
Complete list of metadatas

https://hal-univ-paris10.archives-ouvertes.fr/hal-01523437
Contributor : Administrateur Hal Nanterre <>
Submitted on : Tuesday, May 16, 2017 - 12:19:19 PM
Last modification on : Tuesday, November 19, 2019 - 9:38:26 AM

Identifiers

  • HAL Id : hal-01523437, version 1

Citation

Jean-Pierre Poly. Les trois flèches des Pakhthouas. Ordalie et acculturation en Gaule à la fin du IVe siècle. Droit et Cultures - Revue internationale interdisciplinaire, CHAD (UPN), Association Droit et Cultures, L'Harmattan, 2013, pp.15-77. ⟨hal-01523437⟩

Share

Metrics

Record views

95