Le Pasolini des derniers temps dans le "maintenant" de sa lisibilité

Résumé : Salò (Pier Paolo Pasolini, 1975) fait image en même temps qu’il se transforme en histoire, au sens où Walter Benjamin affirme que l’image est « la dialectique à l’arrêt », c’est-à-dire que l’image historique, à un moment où « la vérité est chargée de temps jusqu’à en exploser », atteint le « maintenant » de sa lisibilité : elle ne pouvait être comprise plus tôt. L’auteur de cet article considère le « maintenant » de la France dans laquelle il vit comme chargé de violence fasciste jusqu’à en exploser. Il l’expose en une page. Puis il décrit l’usage, par le dernier Pasolini, du concept de « lisibilité », et son courage de chercher à vivre, non pas malgré mais contre tout, un moment impossible mais réel. Comme lui, et avec les mots de Romeo Castellucci, il espère, sans catharsis, voir « le tragique se poursui[vre] pour se dissiper ».
Type de document :
Article dans une revue
CinémaS, 2016, Pasolini, cinéaste civil, 27 (1), pp.77--94. 〈10.7202/1041109ar〉
Liste complète des métadonnées

https://hal-univ-paris10.archives-ouvertes.fr/hal-01650545
Contributeur : Administrateur Hal Nanterre <>
Soumis le : mardi 28 novembre 2017 - 14:01:04
Dernière modification le : mercredi 22 août 2018 - 10:28:12

Identifiants

Collections

Citation

Hervé Joubert-Laurencin. Le Pasolini des derniers temps dans le "maintenant" de sa lisibilité. CinémaS, 2016, Pasolini, cinéaste civil, 27 (1), pp.77--94. 〈10.7202/1041109ar〉. 〈hal-01650545〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

38