Pourquoi un Faux traité d’esthétique ?

Résumé : Pourquoi Benjamin Fondane écrivit-il un Faux traité d’esthétique ? « Le faux » devrait se montrer, à son sens, « ontologiquement plus riche, plus existentiel, que le vrai ». Le vrai, lui, ne serait attaché qu’à la réalité « rugueuse » des essences et des lois, celle que, privé de ses pouvoirs de mage et d’ange, Rimbaud se résignait à « étreindre » . Mieux vaudrait, dans cette perspective, le faux. Mieux vaudrait d’opposer à la réalité seulement intelligible une réalité éblouissante, réelle et vivante, absolument singulière. L’objet du présent article est de montrer que, si Benjamin Fondane tend à confondre le sublime avec l’idéalisé ou l’édifiant et s’il semble ignorer son ancrage dans une profonde tradition de pensée, c’est pourtant à la tradition du sublime qu’il se rattache, lorsqu’il médite sur la surrection du terrible, sur le dessaisissement et le saisissement qu’il suscite, sur l’appréhension d’un enjeu obscur, dont on est forcé de comprendre qu’il se situe par-delà le bien et le mal, le beau et le laid, le vrai et le faux.
Type de document :
Article dans une revue
L'Amitié guérinienne, Classiques Garnier, 2017, pp.99-113
Liste complète des métadonnées

https://hal-univ-paris10.archives-ouvertes.fr/hal-01662326
Contributeur : Administrateur Hal Nanterre <>
Soumis le : mercredi 13 décembre 2017 - 09:05:40
Dernière modification le : mardi 23 janvier 2018 - 12:54:07

Fichier

 Accès restreint
Fichier visible le : 2018-12-01

Connectez-vous pour demander l'accès au fichier

Identifiants

  • HAL Id : hal-01662326, version 1

Collections

Citation

Baldine Saint Girons. Pourquoi un Faux traité d’esthétique ?. L'Amitié guérinienne, Classiques Garnier, 2017, pp.99-113. 〈hal-01662326〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

36