Skip to Main content Skip to Navigation
Journal articles

L'égalité des chances : un contresens logique

Résumé : L'idéologie méritocratique est aujourd'hui véhiculée par la droite décomplexée et admise par la gauche convertie au libéralisme après le tournant de 1983. Elle vise à convaincre les dominés qu'ils sont responsables de leur sort. Selon sa version la plus vulgaire, chacun reçoit ce qu'il mérite. C'est la stratégie qui consiste à blâmer les victimes. Elle n'a rien de nouveau puisqu'elle a justifié les pires horreurs du capitalisme sauvage du XIXe siècle mais la force du mouvement ouvrier avait jadis contribué à la juguler. Elle connaît une nouvelle jeunesse, accompagnant le déploiement du néo-libéralisme. Imputer au capitalisme les maux qui ravagent notre société n'aurait plus de sens. Chômeurs, précaires, ouvriers licenciés n'ont à s'en prendre qu'à eux-mêmes. Leur manque d'énergie, leur faible qualification, leur attachement archaïque à des territoires ou d'autres déficiences personnelles, voilà ce qu'elle nous invite à incriminer. Raymond Barre avait suscité une levée de boucliers quand, Premier ministre confronté à la fin du plein emploi, il avait invité les chômeurs à créer leur emploi. Aujourd'hui, ce type de propos s'est banalisé. Durkheim s'était aventuré à prédire le déclin du principe méritocratique : « il est bien certain que l'intensité des sentiments de fraternité humaine va en se développant, et que les meilleurs d'entre nous ne sont pas incapables de travailler sans attendre une exacte rémunération de leurs peines et de leurs services. Voilà d'où vient que nous cherchons de plus en plus à adoucir, atténuer les effets d'une justice distributive et rétributive trop exacte ». Notre présent lui inflige un cruel démenti ! C'est Hobbes qui est dans l'air du temps : « Être continuellement dépassé, c'est le malheur. Dépasser continuellement le suivant, c'est la félicité. Et abandonner la course, c'est mourir. » Les classes populaires sont invitées à se modeler sur l'ethos compétitif des couches moyennes. Il s'agira ici de prouver que l'égalité des chances, slogan étroitement lié à l'idéologie méritocratique puisque le mérite c'est ce qui reste quand on a éliminé les inégalités artificielles, est une notion confuse.
Document type :
Journal articles
Complete list of metadatas

Cited literature [9 references]  Display  Hide  Download

https://hal-univ-paris10.archives-ouvertes.fr/hal-01687818
Contributor : Administrateur Hal Nanterre <>
Submitted on : Thursday, January 18, 2018 - 6:02:52 PM
Last modification on : Tuesday, November 19, 2019 - 9:39:32 AM
Long-term archiving on: : Thursday, May 24, 2018 - 1:55:55 AM

File

Massa_Savoir_Agir ok.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

Citation

Patrick Massa. L'égalité des chances : un contresens logique. Savoir / Agir , Editions du Croquant, 2013, 24 (2), pp.107-112. ⟨10.3917/sava.024.0107⟩. ⟨hal-01687818⟩

Share

Metrics

Record views

143

Files downloads

376