La banque mondiale et le droit à l'éducation : (non) gratuité et privatisation

Résumé : Afin de dégager des ressources publiques suffisantes pour garantir la scolarité primaire universelle gratuite, la Banque mondiale conseille aux États d’établir des droits de scolarité sélectifs dans l’enseignement secondaire et d’appliquer des frais de scolarité à tous les étudiants dans le supérieur. La justification de la non-gratuité de ces deux niveaux d’enseignement est alors fondée sur une analyse des taux de rentabilité individuelle et sociale du primaire, du secondaire et du supérieur et sur une conception rawlsienne de l’équité. La Banque mondiale fait cependant abstraction des obligations étatiques découlant du droit à l’éducation et prescrites par certaines conventions internationales de protection des droits de l’Homme. Elle remet en cause également le rôle de l’État (providence), en tant que garant, par la prestation de service d’éducation, d’une certaine forme d’égalité, de démocratisation de l’enseignement et de cohésion sociale.
Document type :
Book sections
Complete list of metadatas

https://hal-univ-paris10.archives-ouvertes.fr/hal-01790901
Contributor : Administrateur Hal Nanterre <>
Submitted on : Friday, May 25, 2018 - 10:00:50 AM
Last modification on : Wednesday, July 4, 2018 - 11:14:10 PM

Identifiers

Collections

Citation

Sophie Grosbon. La banque mondiale et le droit à l'éducation : (non) gratuité et privatisation. Lochak, Danièle. Mutations de l'État et protection des droits de l'Homme, Presses universitaires de Paris Nanterre, pp.167-187, 2013, Sciences juridiques et politiques, 978-2-8218-2671-7. ⟨10.4000/books.pupo.1403⟩. ⟨hal-01790901⟩

Share

Metrics

Record views

48