Recours aux soins transfrontaliers et réseaux informels : l’exemple lao-thaïlandais

Résumé : Le second pont international sur le Mékong reliant Savannakhet (Laos) et Mukdahan (Thaïlande) est inauguré officiellement par les dirigeants des deux pays. Cette nouvelle infrastructure transfrontalière illustre la logique de rapprochement et de coopération initiée par les deux états voisins depuis le début des années 90. Quelques jours plus tard, la presse laotienne [Le Rénovateur, 10.01.2007, p.7] ripostait de manière virulente à un article paru le 25 décembre 2006 dans le Bangkok Post, dans lequel l'auteur thaïlandais affirmait que le nouveau pont représentait un grand espoir pour les prostituées laotiennes qui pourraient ainsi vendre leur service à un plus grand nombre de visiteurs. La mise en service du pont ouvre en outre le débat sur les problèmes de la diffusion des maladies sexuellement transmissibles et de l'augmentation des délits [Bangkok Post, 19.12.06, np ; 27.12.06, np ; Vientiane Times, 08.01.07, p.8] Ces anecdotes éclairent bien l'ambiguïté des relations entretenues entre le Laos et la Thaïlande, entre une ouverture promue et la persistance de questions épineuses entre pays voisins. Les démêlés diplomatico-politiques entre les deux Etats ne sont pas récents et la politique de coopération, si elle tend à les réduire, ne les a pas complètement effacés. Du côté des populations vivant de part et d'autre de la frontière, l'ouverture favorise des traversées multiples, particulièrement les mobilités orientées du Laos vers la Thaïlande. Les deux pays ont en effet des niveaux de développement différents à la faveur de la Thaïlande, pôle dynamique d'Asie du Sud-Est d'un point de vue économique, culturel et sanitaire. Les Laotiens sont ainsi de plus en plus nombreux à traverser la frontière le weekend afin de faire des achats dans des centres commerciaux encore inexistants au Laos. De la même façon, la Thaïlande accueille de plus en plus de patients laotiens, non satisfaits de leur système de santé national. La dynamique transfrontalière procède ainsi tout autant des projets de coopération initiés par les politiques bilatérales que des pratiques de la population. Quand ces deux logiques coïncident, les effets sont cumulés et la dynamique transfrontalière aboutie. Mais lorsque les états n'ont pas de politique de coopération bien définie alors que des besoins existent – comme dans le domaine des soins – nous verrons comment les pratiques locales viennent pallier le vide institutionnel et organiser le territoire transfrontalier par le jeu de réseaux informels. Nous partons du postulat que le réseau social d'un patient constitue un capital déterminant dans la mise en oeuvre des recours transfrontaliers vers la Thaïlande. Outil de solidarité et vecteur de diffusion des pratiques, les réseaux sociaux sollicités par les patients en route vers des structures de soins thaïlandaises sont à l'origine d'un territoire transfrontalier réticulé.
Type de document :
Chapitre d'ouvrage
François Moulle; Sabine Duhamel. Frontières, politique de santé et réseaux de soins, l'Harmattan, 2009
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [5 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://hal-univ-paris10.archives-ouvertes.fr/hal-01802367
Contributeur : Audrey Bochaton <>
Soumis le : mardi 29 mai 2018 - 11:25:22
Dernière modification le : mercredi 4 juillet 2018 - 23:14:06
Document(s) archivé(s) le : jeudi 30 août 2018 - 14:34:22

Fichier

2009_Frontière&Santé_Harmatt...
Fichiers produits par l'(les) auteur(s)

Identifiants

  • HAL Id : hal-01802367, version 1

Collections

Citation

Audrey Bochaton. Recours aux soins transfrontaliers et réseaux informels : l’exemple lao-thaïlandais. François Moulle; Sabine Duhamel. Frontières, politique de santé et réseaux de soins, l'Harmattan, 2009. 〈hal-01802367〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

18

Téléchargements de fichiers

14