, Goethe surt la voie tracée par Buffon avec son ?dessein primitif et général-qu'on peut suivre très loin-sur lequel tout semble avoir été conçu

, Pour une étude détaillée de la biologie goethéenne, je renvoie à mon ouvrage: Jean·Michel Pouget, La science goethéenne des vivants. De /'histoire naturelle à la biologie évolutionniste, 2001.

M. Schuman, Discours de réception de F. Jacob à /'Académie Française, journal Le Monde, 21 novembre, 1997.

J. Ernst, Das Sanduhrbuch, Francfort, p.53, 1954.

, Goethe publie en 1790 l'fssai d'explication de la métamorphose des plantes puis reprend ses travaux d'anatomie wnsignés dam trois textes fondamentaux : l'fssai sur la fonne des animaux ( 1790), la Première ébauche d'une introduction gém!rale à l'anatomie comparée à partir de /'ostéologie ( 1795}, les Exposés sur les trois premiers chapitres de l'ébauche d'une introduction générale à /'anatomie comparée à partir de l'ostéologie comparée ( 1796), Dans les notes suivantes, nous citeronsces textes d'après l'édition Leopoldina (LA dans les notes suivantes) des écrits scientifiques de Goethe (Goethe. Die Schriften zur Naturwissenschaft, 1947.

. De-palerme, Grille) me revint à l'esprit. Ne pourrais-je pas découvrir parmi cette troupe la plante originaire? Une pareille plante doit bien exister! A quoi sans cela reconnaitrais-je que telle ou telle forme est une plante, si elles n'étaient pas toutes faites d'après un modèle?? (ltalienische Reise, Goethe écrit le 17 avril 1787 : « A la vue de tant de formes neuves et renouvelées, mon ancienne lubie, vol.11, p.266

. Goethe-emploie-le-terme-en-français,

. Theoria, , p.1759

, I Entdeckung eines trefflichen Vorarbeiters, texte publié dans les Cahiers de morphologie (LA. 1, vol.9, pp.73-78

I. Le-bec-de-lièvre-en and . Particulier,

, / Goethe relate cet épisode dans les annales pour l'année 1790 {Hamburger Ausgabe Munich, vol.10, pp.434-436, 1989.

/. Certains, critiques ont souligné qu'en élaborant le type ostéologique, Goethe avait a.ccomph pour ta zoologie ce qu'il a vainement tenté en botanique: la construction de la plante orig tna ire

/. A-une-nuance-près-qui-est-de-taille, Goethe ne considère pas que les variations morphologiques de la vertèbre s'accompagnent d'un changement de fonction comme c'était le cas pour la feuille qui se spécialisait pour devenir tantôt racine. tantôt pétale, etc. Goethe est resté prudent et n'a pas franchi le pas qui au rait consisté à faire de la vertèbre l'organe protée dont serait issu l'ossature entière

/. Owen, 1847 et 1848) a formalisé les concepts d'archétype des vertébrés, d'homologie séria le et spéciale