Skip to Main content Skip to Navigation
Journal articles

Le langage est un lieu de lutte. La performativité du langage ordinaire dans la construction du genre et les luttes féministes. Résumé de thèse

Résumé : Je pars du constat qu’il existe des luttes féministes dans et sur la langue : des combats pour la prise de parole, des débats sur le sens et l’usage des mots, des usages contestataires du langage. Ces pratiques manifestent une confiance dans le pouvoir du langage, qui est pensé comme un des outils de l’oppression et de la résistance. Mais le langage est-il un lieu de lutte1 ? Que peut-on réellement dans et avec le langage ? Est-ce qu’accorder une telle attention au langage ne fait pas perdre aux luttes leur puissance critique, leur concrétude et leur matérialité ? Pour Eve Kosofsky-Sedgwick, la construction d’une perspective critique sur les rapports de genre se fonde sur une analyse du pouvoir producteur du langage. Il y a un lien théorique et pratique entre souligner la performativité du langage, faire un travail de dénaturalisation, faire droit aux différences et montrer la contingence de l’ordre social pour ouvrir la possibilité de le transformer2. John L. Austin a combattu une représentation du langage comme simple reflet ou représentation du monde ou de la pensée, pour montrer que nos énoncés peuvent agir dans le monde, avoir une certaine performativité3. Il a montré que, pour faire des choses avec nos discours, il faut disposer d’une certaine autorité et respecter certaines conventions. Il permet donc de penser à la fois le rôle producteur d’énoncés apparemment descriptifs, mais aussi les différentiels de pouvoir qui conditionnent la force de nos discours. Dans
Document type :
Journal articles
Complete list of metadatas

https://hal-univ-paris10.archives-ouvertes.fr/hal-02522688
Contributor : Antoine Dauphragne <>
Submitted on : Friday, March 27, 2020 - 8:07:19 PM
Last modification on : Sunday, March 29, 2020 - 1:18:02 AM

Identifiers

  • HAL Id : hal-02522688, version 1

Citation

Mona Gérardin-Laverge. Le langage est un lieu de lutte. La performativité du langage ordinaire dans la construction du genre et les luttes féministes. Résumé de thèse. GLAD! Revue sur le genre, le langage et les sexualités, 2019. ⟨hal-02522688⟩

Share

Metrics

Record views

35